La vie pas sage

L'exploration curieuse et joyeuse du monde intérieur d'une femme de bientôt 50 ans.

image_author_Olivia_Mahieu
Par Olivia Mahieu
25 articles
2 oct. · 2 mn à lire
Partager cet article :

A la recherche de l'assiette idéale

Où comment je tente de reprendre le fil d'une alimentation adaptée à mes besoins loin des injonctions et des conseils...

3 juillet : je mets une plombe à me lever
4 juillet : mon lit me retient
5 juillet : ma couette m’avale

Bref, je suis épuisée malgré de bonnes nuits et plus de 8 heures de sommeil, ce qui n’est pas exceptionnel chez moi, je suis une marmotte.

Rien physiquement n’explique cette fatigue. Psychologiquement peut-être : mon compagnon vient de mettre un terme à plusieurs mois d’une situation professionnelle compliquée qui a forcément rejailli sur la famille, l’année avec l’ado fut riches en émotions, nous attendons notre future maison qui tarde à venir, je m’interroge à nouveau sur mon avenir professionnel… Ce moulinage perpétuel est fatigant mais il n’en est pas la seule cause. Je perçois que mon alimentation n’est pas vraiment adaptée à ma vie actuelle. Et surtout à mon âge.

Quand ado j’entendais ma maman dire “le soir, je n’arrive plus à digérer, je ne peux pas manger ça”, je levais les yeux au ciel, persuadée d’une coquetterie de sa part. A bientôt 50 ans, je comprends qu’il s’agissait là bien d’une réalité physiologique, on ne mange pas à 50 comme à 20 ans ! Enfin si on peut, mais on le paie plus tard ! Je ne parle pas des kilos qui sont dorénavant plus faciles à attraper que la souris qui prend ma cuisine pour sa maison depuis bientôt 3 semaines malgré la présence de mon chat (véridique) mais bien de ce corps qui dysfonctionne plus vite qu’il ne se met en mouvement !

...